Couple endormi dans un lit - Good Night
Comment dormez-vous habituellement ? Avez-vous un sommeil profond et réparateur, ou faites-vous partie des gens qui se réveillent plusieurs fois dans la nuit ? Manquez-vous de sommeil et pouvez-vous le récupérer ? Est-ce grave ?

Petit tour d’horizon des résultats d’études cliniques récentes sur le sujet :

Aller se coucher tôt conduit à de meilleurs résultats scolaires

Un étude publiée en 2015 dans The Journal of Biological and Medical Rhythm Research a démontré que les élèves de primaire qui avaient tendance à se coucher tôt le soir étaient plus en forme le matin, plus dynamiques et avaient en moyenne une intelligence plus élevée et de meilleures notes. D’autres études sur des adultes publiées récemment ont également montré une relation positive entre des phases de sommeil profond respectées et un QI (intelligence fluide) plus élevé.

L’apnée du sommeil entraine une perte de masse osseuse

Une étude clinique récente qui a suivi pendant 6 ans près de 1400 personnes a révélé un lien étroit entre apnée du sommeil et ostéoporose. En effet, l’apnée empêche notre corps de recevoir l’oxygène dont il a besoin, ce qui engendre des inflammations, change le métabolisme, et par conséquent affecte la masse osseuse. C’est pourquoi il est important de la traiter ou même mieux, de la prévenir en traitant le ronflement, qui est son précurseur.
 

Le manque de sommeil fait grossir

En 2008, The Obesity Research Journal a publié les résultats de leurs recherches se basant sur plus de 30 études cliniques sur le sujet et a conclu qu’un sommeil de courte durée conduit à une prise de poids. Ainsi, les enfants dormant moins de 8h et les adultes moins de 6h par nuit sont plus exposés à un gain de poids. La raison avancée par les spécialistes pour expliquer ce rapport de cause à effet est l’augmentation de l’apport calorique. En effet, les expériences totales de privation de sommeil chez les animaux et de semi-privation chez les humains ont toujours produit de l’hyperphagie. Ces augmentations de l’appétit et de la faim ont été particulièrement importants pour les matières grasses et les aliments riches en glucides. Ces changements correspondent à des élévations des ghréline sérique et la réduction des leptine chez les humains, ce qui suggère que la privation de sommeil peut avoir un impact sur les régulateurs périphériques de la faim. En résumé, plus vous manquez de sommeil, plus vous avez faim, plus vous mangez et plus vous grossissez…

Le sommeil perdu ne se récupère pas

Pendant l’année, nous sommes en carence de sommeil. En vacances, nos nuits durent entre 1h et 1h30 de plus. Ce temps supplémentaire n’est pas de la « récupération » mais du temps de sommeil normal, celui qu’il nous faudrait toute l’année. Selon la psychiatre Sylvie Royant-Parola (présidente du réseau Morphée et coauteure des Mécanismes du sommeil), les heures perdues le sont définitivement car c’est au jour le jour que le sommeil agit en réparant notre corps : cela ne se stocke pas ! Après une carence en sommeil, la récupération est minime et ne porte que sur la première nuit voire sur les deux suivantes. Si pendant six mois on a exagérément rogné sur son sommeil, les lésions engendrées sur le corps et le cerveau ne se répareront pas en trois semaines. C’est pourquoi il est important de veiller à son sommeil toute l’année.

Faire la sieste consolide la mémoire

Les résultats d’une étude clinique publiée en 2016, menée sur des seniors, montrent un effet positif d’une sieste de 90 minutes sur la mémoire visuelle et verbale notamment. Ces résultats encourageants peuvent indiquer une nouvelle stratégie pour contrer le déclin cognitif du vieillissement d’une manière agréable pendant de courtes siestes durant la journée.

5 découvertes scientifiques récentes sur le sommeil…
Étiqueté avec :