Pourquoi ronfle-t-on quand on a bu ?

Coupes de champagne lors d'un repas arrosé
Les soirées alcoolisées conduisent souvent à des nuits bruyantes. Mais pourquoi ?

Les soirées de fêtes sont souvent synonymes de repas bien arrosés. Mais malheureusement pas de sommeil silencieux ! Notamment parce que les boissons alcoolisées favorisent les ronflements. Mais comment ?

Vous l’aurez peut-être remarqué : les soirées les plus festives annoncent généralement des nuits plus agitées. Car ce n’est pas un mythe, l’alcool a tendance à favoriser les ronflements. Et, phénomène moins connu, il contribue également à dégrader la qualité de notre sommeil. Les ronflements sont le résultat d’une perturbation de la circulation de l’air qui provoque des vibrations anormales du pharynx lors de l’inspiration. Celles-ci sont dues à un rétrécissement des voies aériennes supérieures (voile du palais, luette, amygdales, langue…). Ce phénomène peut être aggravé par le surpoids. Surtout, c’est la perte de tonicité des muscles dilatateurs du pharynx pendant le sommeil qui entraîne ce rétrécissement des voies aériennes.

Et l’alcool dans tout ça ?

Mais alors que vient faire l’alcool là-dedans ? C’est très simple : les boissons alcoolisées exercent un effet vasodilatateur qui accentue le relâchement musculaire.

La vasodilatation est une dilatation des vaisseaux sanguins qui entraîne un relâchement des muscles lisses des parois de ces vaisseaux, notamment ceux de la gorge et des sinus. L’air ayant du mal à passer provoque des vibrations et le ronflement est intense.

Par ailleurs, l’alcool perturbe la qualité générale du sommeil. Et pas seulement à cause des ronflements. Ainsi, l’impression qu’on peut avoir de s’endormir plus facilement après un repas un peu trop arrosé est trompeuse. Car même si l’alcool peut aider à se livrer à Morphée, il perturbe l’alternance des cycles de sommeil profond et léger. De plus, dans une étude parue en janvier 2015 dans la revue The Research Society on Alcoholism, des chercheurs australiens ont montré que la consommation d’alcool avant de dormir stimulait l’activité cérébrale, et nuisait par la même au sommeil.

Alors que faire ?

Mieux vaut éviter de consommer de l’alcool avant le coucher, en particulier si l’on a déjà tendance à ronfler la nuit.

Vous pouvez aussi pratiquer en prévention des exercices visant à muscler votre langue.

Une équipe de chercheurs sud-américains ont d’ailleurs publié des résultats encourageants dans la revue Chest. Selon eux, « les exercices oropharyngés sont efficaces pour réduire de façon objective le ronflement mesuré et constituent un traitement potentiel pour une large population souffrant de ronflement ».

4 exercices qui peuvent aider à réduire votre ronflement :
  • Poussez la pointe de la langue contre le toit de la bouche (juste derrière les dents du haut) et faites coulisser la langue vers l’arrière du palais ;
  • Poussez la langue à plat vers le haut contre le sommet de la bouche en appuyant sur la totalité de la langue ;
  • Forcez l’arrière de la langue contre le plancher de la bouche en gardant la langue en contact avec le fond et les dents de devant ;
  • Poussez le fond de la langue vers l’arrière du palais en répétant la voyelle « A » plusieurs fois de suite.
Pourquoi ronfle-t-on quand on a bu ?